Les applications pour smartphone sont populaires auprès des Français... tant qu'elles sont gratuites

Publié le 14/09/2023 par Sabrina Khoulalène et Emilie Audubert

Les applications pour smartphone font partie de notre quotidien. Cependant, très peu d'utilisateurs souhaitent payer pour ces services, comme le révèle notre nouvelle étude.

Étude sur l'utilisation des applications mobiles

Depuis la pandémie de COVID-19, le monde est devenu plus numérique que jamais. Les restrictions imposées par les gouvernements ont non seulement poussé les entreprises à passer pleinement au virtuel, mais elles ont également numérisé de nombreux aspects de nos vies personnelles. Ce phénomène, combiné à l'arrivée sur le marché de smartphones de plus en plus performants et à la croissance du secteur de l'Internet des objets (IdO), a entraîné une augmentation significative du nombre d'applications développées.

Selon Statista (source en anglais), le chiffre d'affaires des applications mobiles en France pourrait augmenter de 8,07 % d'année en année, et ce depuis 2022, pour atteindre un volume de marché estimé à environ 7 853 millions d'euros d'ici 2027. 

Cette tendance n'a rien de surprenant, car le marché des applications pour smartphones représente un nombre incalculable de possibilités. En avril 2023, le Google Play Store proposait environ 2,6 millions d'applications. Que ce soit des applications de messagerie, de médias sociaux, de fitness ou d'enseignement, il existe une application pour chaque besoin, et pour bien des consommateurs, elles sont désormais incontournables.

Quels sont les types d'applications les plus populaires parmi les consommateurs ? Quels avantages une application doit-elle proposer ? Et combien les Français sont-ils prêts à débourser pour une application ? C'est pour répondre à ces questions que nous avons mené une nouvelle étude sur le thème des applications et des super applications. Plus de 1 000 consommateurs qui utilisent des applications sur leur smartphone au moins plusieurs fois par semaine ont été interrogés. Vous trouverez la méthodologie complète au bas de cet article.

Infographie étude SoftwareAdvice sur les applications smartphone

Combien d'applications les Français interrogés ont-ils installées sur leur smartphone ?

Selon l'étude du Baromètre du numérique publiée par le Conseil général de l'économie (Arcep) et l'Agence nationale de la cohésion des territoires (Arcom), 87 % des Français disent utiliser un smartphone en 2023, ce qui représente une augmentation de 3 points par rapport à 2020. 

Voilà ce qu'il en est de l’estimation du nombre d’appareils sur le territoire. Mais à quel point les consommateurs savent-ils utiliser leur smartphone ? 50 % des personnes interrogées disent en avoir une connaissance “assez avancée”, 38 % se considèrent comme d’un niveau “avancé”  et seuls 12 % se considèrent comme des utilisateurs aux connaissances “basiques”.

Bien que les autoévaluations soient subjectives, et donc difficiles à classer, les chiffres semblent toutefois parler d'eux-mêmes. Si un peu plus d'un tiers des répondants (35 %) ont actuellement moins de 20 applications installées sur leur smartphone, 43 % des individus interrogés possèdent entre 20 et 40 applications, et 15 % entre 41 et 60 applications. Question fréquence, plus d’un tiers des participants à notre enquête utilisent les applications sur leur smartphone au moins une à neuf fois par jour (38 %).

Utilisation des applications : la fréquence à laquelle les consommateurs utilisent leurs applications mobiles

Les applications les plus utilisées

Avec l'adoption grandissante des smartphones et le développement d'applications de messagerie telles que Gmail, il n'est pas étonnant que ces applis soient les plus utilisées par une majorité de participants à notre enquête (76 %), suivies de près par les applications de médias sociaux (74 %) et les applications de communication (70 %).

Utilisateurs d'applications : les applications pour smartphone les plus populaires

En revanche, il apparaît qu'un grand nombre de consommateurs français n'aient pas été séduits par les types d’applications suivants, ou du moins n’en ont pas eu l’utilité : 

  • 84 % des consommateurs interrogés n'utilisent pas d’appli de rencontre,
  • 76 % n'utilisent pas d’appli d’enseignement, 
  • 75 % n'utilisent pas d’appli de lecture,
  • 70 % n'utilisent pas d’appli de transport,
  • 63 % n'utilisent pas d'appli de finances.

Ensuite, nous avons étudié la manière dont les consommateurs français interagissent avec les applications déjà installées sur leur smartphone. Comment se comportent-ils au moment de chercher de nouvelles applications ?

Conseils pour les entreprises : l'email marketing reste l'un des meilleurs moyens de communiquer avec les consommateurs et de les informer des dernières nouveautés et remises. Cependant, si ces e-mails ne sont pas optimisés pour l'écran réduit des appareils mobiles, ils risquent de mal s'afficher et de nuire à  l'engagement de l'utilisateur. Penchez-vous sur un logiciel d’email marketing pour vous aider à optimiser vos courriers électroniques.

Un besoin clair et identifié reste le déclencheur principal de tout téléchargement d'application

En règle générale, les consommateurs découvrent de nouvelles applications de deux manières : lorsqu'ils recherchent des outils dont ils ont besoin dans un but précis (46 %), ou par le biais du bouche-à-oreille (39 %).

Ainsi, 19 % des participants à notre enquête disent télécharger de nouvelles applications au moins une fois par semaine, tandis que 26 % affirment en télécharger quelques fois par mois et 42 % quelques fois par an.

Des milliers d'applications sont désormais disponibles et le choix d'opter pour une appli plutôt qu'une autre repose sur différents critères. Selon les individus interrogés, les deux principaux facteurs sont la fonctionnalité de l'application (58 %) et un besoin réel (53 %).

Facteurs qui poussent les consommateurs à télécharger une application

De plus, au moment de télécharger de nouvelles applications, les consommateurs sont à la recherche des avantages suivants :

  • abonnement gratuit ou à prix réduit (41 %),
  • contenu exclusif (29 %),
  • utilisation gratuite de la version payante (28 %),
  • remises (22 %).

Par ailleurs, 56 % des répondants se reconnaissent dans la déclaration suivante : "Je ne télécharge une application que si je pense qu'elle me serait utile."

Utilisateurs d'applications : ces options décrivent au mieux la façon dont les consommateurs interagissent avec les applications

Maintenant, penchons-nous sur la fréquence à laquelle les consommateurs suppriment des applications.

Pourquoi supprime-t-on une application de son smartphone ?

S'il est facile et rapide de télécharger une application, il arrive souvent que nous ne nous en servions qu'une fois, voire jamais. Parfois, nous les conservons parce que nous pensons en avoir besoin un jour, ou parce que nous les oublions tout simplement. Malheureusement, cela signifie que l'on consacre de l'espace de stockage à des outils inutilisés. Il convient de faire régulièrement le tri et d'éliminer les applications dont on n'a plus besoin ou que l'on utilise rarement.

En France, plus d'un consommateur sur deux (55 %) supprime des applications plusieurs fois par an, 22 % plusieurs fois par mois et 11 % au moins une fois par semaine. Les raisons sont diverses et variées, mais voici les plus fréquemment citées :

Utilisation des applications : les motifs de suppression des applications

Ces conseils peuvent vous aider à optimiser les performances de votre application.

  • Évitez les animations : cela peut nuire aux performances de votre appli.
  • Réduisez la taille des images et des vidéos : des contenus graphiques lourds ont un impact sur le temps de chargement.  
  • Utilisez un logiciel de gestion de la performance des applications : ce type d'outil gère et évalue les performances et l'état de vos applications, ce qui facilite un suivi en direct de votre système.

La collecte excessive d'informations personnelles est un motif de suppression relativement moins mentionné (9 %) et aussi souvent cité qu’une “mauvaise réputation” de l’application (9 %). 

Il peut être difficile de se décider à supprimer une application dans laquelle on a investi. Voyons combien les Français sont disposés à dépenser pour des applications.

Les applications sont populaires... tant qu'elles sont gratuites

Ces dernières années, le modèle d'achat unique a laissé place au modèle d'abonnement, une tendance inspirée des logiciels en tant que services (SaaS). Cette évolution s'avère cependant extrêmement frustrante pour les utilisateurs, surtout si une application qui était auparavant disponible en paiement unique ne peut plus être utilisée que sous forme d'abonnement. 

Cependant, les fonctionnalités de base de la plupart des applications sont souvent accessibles gratuitement, ce dont les consommateurs semblent profiter davantage. La majeure partie des sondés français (67 %) déclarent d’ailleurs ne disposer d'aucune application à paiement unique.

En règle générale, l'idée d'investir dans une appli, qu'il s'agisse d'un achat en une fois ou d'un abonnement, ne séduit pas les consommateurs français. Plus des deux tiers (64 %) disent qu'ils ne sont pas disposés à payer pour des applications (par exemple, en paiement unique). 

Peu d'intérêt pour les achats d'applications

Quant aux abonnements, on distingue les modèles hebdomadaires, mensuels et annuels. Là aussi, très peu de Français sont prêts à passer à la caisse, la majorité préférant ne rien payer du tout. Ceci étant, il faut relever que le pourcentage de refus diminue avec la durée du paiement. Si 77 % des consommateurs interrogés ne sont pas disposés à payer à la semaine, ils sont à peine moins nombreux en ce qui concerne les autres modèles : 69 % ne sont pas disposés à payer des abonnements mensuels et 66 % des règlements annuels.

Conseils pour les développeurs d'applications

Il existe de nombreuses façons de tirer parti des informations ci-dessus. Voici quelques conseils et quelques solutions logicielles pour vous aider à y parvenir.

  • Soyez transparent sur le coût : les frais cachés font mauvaise impression et suscitent la méfiance des utilisateurs. 
  • Communiquez une proposition de valeur claire : comme les consommateurs ne téléchargent souvent une application que lorsqu'ils en ont besoin, établissez une proposition de valeur sans ambiguïté. 
  • Attirez l'attention avec des avantages : certains sont particulièrement importants pour les consommateurs. Attirez de nouveaux clients en leur proposant des remises ou des contenus exclusifs.
  • Ne demandez que les informations vraiment nécessaires : solliciter trop de données pousse bien des utilisateurs à renoncer à l'achat ou à l'installation de l'application.
  • Maintenez votre application à jour : les applis malveillantes, telles que les imitations frauduleuses d'un concurrent, sont monnaie courante et peuvent être évitées en publiant régulièrement des correctifs logiciels.
  • Sollicitez des retours : collectez les avis des utilisateurs pour améliorer votre application.
Et maintenant ? Consultez notre catalogue de logiciels de développement d'applications pour trouver celui qui vous convient.


Méthodologie

Pour collecter les données utilisées dans cette étude, Software Advice a mené une enquête en ligne en juin 2023. Au total, 1 001 consommateurs qui utilisent des applications au moins plusieurs fois par semaine ont été interrogés au sujet de leur utilisation des applications et des super applications. Ils devaient également répondre aux critères suivants :

  • Réside en France
  • Âgé(e) de 18 à 65 ans

Cet article peut faire référence à des produits, programmes ou services qui ne sont pas disponibles dans votre pays, ou qui peuvent être limités par les lois ou règlements de votre pays. Nous vous suggérons de consulter directement l'éditeur du logiciel pour obtenir des informations sur la disponibilité du produit et le respect des lois locales.

À propos des auteurs

Sabrina, analyste de contenu pour Software Advice, suit les dernières tendances technologiques et donne des conseils stratégiques aux PME. Fan de cinéma, rock et tennis.

Sabrina, analyste de contenu pour Software Advice, suit les dernières tendances technologiques et donne des conseils stratégiques aux PME. Fan de cinéma, rock et tennis.


Emilie, analyste de contenu, à l'affût des dernières tendances technologiques et stratégiques pour PME. Spécialisée en e-commerce, fan de podcast audio et de carlins.

Emilie, analyste de contenu, à l'affût des dernières tendances technologiques et stratégiques pour PME. Spécialisée en e-commerce, fan de podcast audio et de carlins.